• Delphine Morin

Mon confinement, mon stress, ma sophro, mon sport

Nous vivons un épisode inédit. Cette pandémie mondiale est un imprévu, une grande nouveauté pour chacun de nous… et elle dure, dure, dure…

Et comme tout imprévu, toute expérience nouvelle, cela génère du stress. C’est tout à fait normal, car notre cerveau n’a encore aucune expérience vécue, aucun référentiel pour réagir face à cette situation et ce confinement qui se prolonge tous les 15 jours. Nous avons tous besoin de canaliser notre stress pour tenir dans le temps, puisque ce stress peut affaiblir notre organisme, abaisse notre moral et joue sur notre humeur. C’est pourquoi nous avons besoin de mobiliser toute notre attention sur le positif.


Alors comment améliorer notre quotidien du moment ?

Notre cerveau ne fait pas la différence entre l’imaginaire ou la réalité, alors c’est le moment idéal pour le laisser rêver. Et j’ai bien dis rêver et pas ruminer… Rêver à ce qu’on pourra faire après, imaginer des voyages, des rencontres, des moments conviviaux, des objets que l’on aimerait acheter… Les écrire, les noter, réveiller votre créativité ! On le voit avec toutes les chansons, musiques, sketchs, danses et autres qui circulent sur les réseaux sociaux… libérer l’esprit par la créativité nous fait du bien et nous permet de partager.

Et la sophro dans tout ça ?

Comme Agnès Dalançon l’a décrit dans son article, on peut aussi prendre le temps Laisser notre cerveau se concentrer sur les choses présentent ici et maintenant le bruit des oiseaux, du silence, d’un appartement, d’un immeuble, d’une musique ou de votre respiration.

Les quiz et baccalauréats en famille ou en vidéo avec des amis vont permettre de faire travailler l’imaginaire de notre cerveau et de libérer de la dopamine. Et puis il y a les petits plus, comme la respiration. Elle peut accompagner nos rêveries, comme elle peut juste nous permettre de nous accorder quelques minutes seul avec soi-même pour savoir comment on va. Qu’est-ce qui me pèse, qu’est-ce qui est vraiment important pour moi, de quoi j’ai besoin pour me sentir bien ?

Quand on sent qu’on en a marre… marre des actualités, du télétravail, de toutes les activités qu’il faut trouver pour les enfants, des repas 3 fois par jour (vive la cantine !), de l’enfermement, du rangement ou de compter les feuilles de papier toilette ou les grains de riz… on peut aussi lâcher toute cette frustration.

J’aime beaucoup l’exercice des moulinets qui permet de jeter tout le négatif que l’on a en nous (les pensées, les sensations, les sentiments…). Il est aussi intéressant, car il travaille notre mobilité articulaire et ce n’est jamais un luxe de bouger ses bras :

Tenez-vous debout, les pieds écartés de la largeur du bassin, les genoux déverrouillés (souples), le dos droit et les épaules relâchées, vous pouvez fermer les yeux pour mieux vous concentrer (si votre équilibre vous trouble, gardez-les ouverts en fixant un point devant vous).

Vous inspirez par le nez et serrez le poing (comme si vous emprisonniez tout ce négatif qui vous encombre dans votre main), vous bloquez votre respiration, puis vous effectuez plusieurs rotations du bras, puis vous soufflez fort par la bouche, et relâchez le bras le long du corps. Prenez quelques instants pour percevoir ce qui se passe en vous, vos sensations, vos pensées. Vous pouvez le refaire avec le même bras dans l’autre sens, puis une troisième fois dans le sens que vous avez préférez. Ensuite vous pouvez faire le même enchainement avec le second bras et enfin finir en tournant les deux bras en même temps dans le sens qui vous convient pour vous débarrasser une bonne fois pour toute de toute cette frustration.

Vous pouvez aussi, comme pour les enfants, utiliser l’exercice décrit par Karine Laboureau, soit en sautillant, soit en imaginant piétiner toute cette frustration (comme un enfant qui fait une colère). Cela permet de bien se défouler.

Et bien sûr le sport…

En complément, l’activité physique est aussi un bon exutoire pour évacuer tout cet ennui, cette lassitude, cette insatisfaction : courir sur place, sauter, danser !

Il vaut mieux en faire un peu chaque jour plutôt qu'une grosse séance par semaine. Il faut également doser en fonction de sa propre forme physique et faire attention à ne pas essayer de se dépasser à tout prix, notamment quand on ressent un essoufflement trop important.

Quelques exercices simples et faciles :

  • Debout ou assis, il faut libérer les tensions du dos :

- étirer un bras devant soi en arrondissant les épaules, puis croiser les bras et poser les mains sur chaque épaule pour étirer les omoplates,

- étirer les bras vers le haut, comme pour aller attraper les étoiles et se grandir au maximum

- enrouler les épaules, comme pour dessiner de petits cercles avec les épaules, les bras bien relâchés. - attraper ses mains dans le dos au niveau des fesses, bras tendus et lever les bras. On peut aussi retourner les mains vers le sol en levant les bras.

  • La chaise : dos au mur, les jambes fléchies à 90 degrés et on imagine qu'on est assis sur une chaise. Les épaules sont bien relâchées, les bras sur les côtés, on serre les abdos en collant bien les épaules sur le mur. On reste le temps qu’on peut, puis on augmente progressivement de 5 secondes à chaque fois.

  • Les squats : Debout, dos droit, les pieds écartés de la largeur du bassin, on fléchit les jambes (comme pour s’assoir), puis on les tend en serrant les fessiers. On fait attention à bien reculer les fesses pour que les genoux ne dépassent pas la pointe des pieds et avoir l’impression de bien enfoncer les talons dans le sol. On peut le faire dix fois, puis augmenter le nombre de répétions.

  • Le gainage (redouté de tous, mais tellement simple et efficace) : Sur un tapis ou juste

une serviette de toilette pliée en deux. On pose les avant-bras au sol, les coudes alignés avec les épaules, le corps droit. On décolle les genoux du sol en gainant bien le corps et on tend bien les jambes. Le dos doit être bien droit, les fesses ne dépassant pas. Si c’est trop dur jambes tendues, on commence en appui sur les genoux. On commence par 30 secondes d’exercice puis 30 secondes de repos. On répète l’exercice 3 fois, puis 4, puis 5. Après on augmente la durée d’exercice : 45 secondes, 1 minute… On fait la même chose de chaque côté.


Alors n’hésitez défoulez-vous, votre corps en a besoin !

Maintenant c’est à vous de tester, à vous de trouver votre rythme !

54 vues

Centre Therapsy - 11/17 rue des Tilleuls - 78960 Voisins le BRETONNEUX