• Louise Koefman

Comment faire face aux périodes d'incertitude

Je voulais vous écrire au sujet de la peur, un sentiment qui touche peut-être une partie importante de la population en ce moment. Comment pouvons-nous vivre avec la peur ? Que pouvons-nous en faire pour la gérer plus facilement ?

La première chose à retenir, c’est que la peur est naturelle pour l'être humain. Elle est ancrée en nous et s'est révélée très utile il y a tant d’années, lorsque nous nous sommes trouvés face aux ours ou aux tigres. Ca s’appelle notre cerveau reptilien qui veut nous protéger. Cependant, cette peur, qu’on peut appeler le "biais de la négativité", nous sert parfois mais elle nous dessert la plupart du temps. L'acrophobie, par exemple, est une forme de peur excessive qui a pris le contrôle de la vie de quelqu'un de manière réellement destructrice. La peur peut donc nous empêcher de profiter de la vie et de bien vivre en ce moment. Pour trouver un équilibre avec nos peurs, il faut du travail, des efforts et de l'engagement.

Réfléchissez un instant pour savoir si votre existence est actuellement menacée en ce moment. Comme un homme des cavernes qui fait face à un tigre qui pourrait bondir, notre corps peut ressentir une peur réelle comme si nous étions face à ce tigre en ce moment. Cependant, le plus souvent, cette peur n'est pas utile et peut nous paralyser. On essaie de se préparer autant que possible mais c’est impossible de se préparer pour chaque situation possible. Àpart le fait que c’est épuisant d’y penser tout le temps, la vraie réponse à l'avenir est que nous ne savons pas ce que la vie nous réserve. La vraie question est donc : jusqu'au moment où je vois ce tigre, est-ce que je peux faire de mon mieux et surtout profiter de ma vie ? Je peux profiter de la nature, je peux vivre le moment présent et trouver le bonheur avec l'air que je respire. Nous pouvons vivre bien maintenant mais pour le faire, il faut être prudent avec nos pensées. Notre vie ne se passe pas bien si nous vivons dans nos peurs. Un exemple pratique qui peut être utile, c’est la visualisation négative. Visualisez ce dont vous avez peur, en disant avec une respiration profonde : "Je sais que je ne veux pas que cela arrive, mais si cela arrive, je ferai en sorte que cela fonctionne". Il y a eu des cas d'événements choquants dans l'histoire et nous, en tant qu'êtres humains, pouvons être incroyablement résilients. En faisant face à nos peurs, nous pouvons vivre une vie sans peur. Veillez à ne pas vous laisser emporter par la peur, par les informations et la surinformation néfastes des médias sociaux. Il est important d'être informé, mais les discussions sur ce qui pourrait arriver ne sont pas très utiles.

L’être humain adore penser qu’il a le contrôle de son destin. Si nous ne faisons pas attention, cela peut entraîner des douleurs et des souffrances. La plupart du temps, nous nous sentons mal, pas à cause des événements, mais à cause des pensées que nous avons dans notre esprit. En disant que ceci ou cela doit arriver, nous créons une souffrance dont nous n’avons pas besoin. Décidez donc sur quoi vous avez le contrôle et quand vous n'avez pas le contrôle. L'énergie négative, l'anxiété et les désirs que vous avez n'auront pas d'impact sur certains résultats. Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire, mais beaucoup que nous ne pouvons pas faire. Nous devons donc apprendre à lâcher prise et nous concentrer surtout sur le moment présent. Que puis-je faire maintenant pour que ce moment soit agréable ? Cela peut être une opportunité pour moi de grandir, de voir comment je cause la souffrance et d'embrasser la vie quoi qui arrive. Cela peut certainement être un défi, mais nous pouvons apprendre. Au lieu d'être désemparés, nous pouvons regarder à travers les yeux d’amour pour nous-mêmes et pour les autres et décider que cela aussi pourrait avoir un sens. Ainsi, vous pouvez vous dire "Je ne voulais pas cela mais je n'ai aucun contrôle, alors comment puis-je apprendre à l'accepter ?" Grâce à cette connaissance, notre corps, notre âme et notre esprit peuvent se détendre et nous pouvons devenir un amoureux du destin.

Sans les pensées il n'y a pas de peur - c'est très, très important à comprendre. Les faits sont neutres dans le monde. Alors, il y a la façon dont vous y pensez, dont vous vous sentez et dont vous réagissez. Les nouvelles pensées incertaines sont des opportunités pour nous de faire un travail sur nos esprits, de nous renforcer et d'embrasser l'expérience d'être humain. Il y a toujours eu des expériences qui ont créé des émotions qu'il a fallu gérer, surtout maintenant quand il y a tant d’incertitudes. Il est très important de s'arrêter, de se rendre compte qu'il y a des faits dans notre monde et des pensées dans notre cerveau et que c'est ça qui nous fait paniquer. Nous devons reprendre le pouvoir de notre pensée, en faire un choix pour nous et donc l'utiliser comme une opportunité pour renforcer notre santé mentale. Nous ne devenons pas plus forts quand on fait face aux situations faciles, c'est donc une opportunité de mettre en pratique des compétences pour nous libérer de nos souffrances inutiles. En prenant du recul, nous pouvons constater combien l'émotion collective est créé par la pensée collective. Nous pouvons reprendre autant de contrôle que possible en gérant nos esprits. Nos sentiments sont le reflet de notre pensée – la panique, la frustration, la colère, tant de choses qui semblent être à l'origine de notre émotion. Cela ne veut pas dire que vous êtes responsable de vos émotions, cela signifie simplement que vous êtes un être humain doté d'un cerveau. Le cerveau reptilien qui est là pour nous protéger se manifeste par les événements - il est toujours en veille pour vous protéger. Les médias veulent faire en sorte que les gens écoutent, qu'ils aient de l'audience, qu'ils attirent votre attention- cela va dans le fond de votre cerveau, pour vous dire à quel point vous êtes en danger. En alimentant notre cerveau avec ces pensées, nous donnons notre réflexion aux entreprises.

Donc la première étape c’est de limiter votre exposition à ce que vous mettez dans votre cerveau. Regardez vos pensées - sans ces pensées, tout va bien. Votre cerveau ne pense pas que le fait que vous soyez assis et que vous respirez soit pertinent. Votre cerveau pense à ce qui a été annulé, à ce que fait le gouvernement, à ce qui va se passer demain. Alors si nous nous arrêtons d'y penser, nous pouvons aller bien. Notre cerveau n'est pas conçu pour se nourrir constamment du danger, nous devons donc décider consciemment de nourrir notre cerveau avec autres choses, au moins de l’équilibrer. Alors, regardez les infos mais mélangez-les avec votre propre cerveau et mettez de l’ordre dans votre esprit. Les pensées inquiétantes semblent nécessaires et utiles, mais elles ne le sont pas. Vous pouvez prendre des décisions avec amour et de la compassion, et pas de la panique. C'est une occasion pour vous de vous diriger vers la peur ou de vous éloigner de la peur, de vous diriger vers l'amour ou de vous éloigner de l'amour. C'est l'occasion de vous ouvrir à votre expérience. En tant qu'êtres humains, nous avons tendance à nous fermer, à nous aider (par l'alcool, la drogue, etc.), à ne pas ressentir. La tentation est grande de se laisser aller à la souffrance parce que le cerveau pense que c'est important - de courir, de paniquer, mais nous nourrissons notre cerveau de choses plus étonnantes. Ce que je vous offre, c'est de ressentir vos sentiments même si vous savez que vous en êtes la cause, puis de ne pas vous dire : "Je ne devrais pas ressentir cela". Le cerveau pense que c'est important, donc il ne vous aide pas, ni le monde, à vous dire cela à vous-même. Le traitement de ces émotions est très important ; il faut connaître ses pensées, savoir ce qui se passe dans son cerveau et connaître les faits qui sont absolument neutres. Ce que je conseille c’est qu’au lieu de trouver une excuse pour trop boire, trop manger, trop regarder les informations, vous utilisiez cela comme une occasion d'intensifier la façon dont vous pouvez gérer votre esprit. Ne vous tournez pas vers les autres pour décider de ce que vous ressentez - c'est très courant de regarder les infos, l'internet, et de se poser des questions : "Comment devrais-je me sentir à ce sujet ? " Ce n'est pas une bonne question – il faut prendre du recul et décider comment vous voulez y penser. Ce qui peut être utile, c'est de voir le pire des scénarios, qui est souvent la mort. Si je peux faire la paix avec ça, je n'ai pas peur, je peux décider ce que je veux penser à tout moment. je reconnais mes sentiments, je les approfondis et je décide si c'est utile. C'est bien d'être calme en ce moment, c'est bien de prendre la décision d'être calme. Il est utile d'être calme, quoi qui se passe, il est normal d'avoir des pensées qui vous rendent calme et qui vous aident à décider comment réagir. Mettre nos esprits à la vraie conscience de ce que signifie être humain - cela fait partie de notre voyage. Si nous nous ouvrons à cela, nous apprendrons beaucoup sur nous-mêmes, beaucoup sur l'amour, la beauté et la compassion.

Je vous souhaite de trouver un peu de calme dans votre vie en questionnant régulièrement votre récit de vie.

Centre Therapsy - 11/17 rue des Tilleuls - 78960 Voisins le BRETONNEUX