• Dalancon Agnès

Anxiété, apprivoiser son sommeil

Comment apprivoiser en cette période étrange et déroutante le sommeil…

’’Prendre une bouffée d’air et faire le vide dans sa tête’’



Ces circonstances difficiles peuvent susciter un état d’anxiété qui risque de s’installer s’il n’est pas traité. Le sommeil qui devient plus insaisissable, serait pourtant le moyen d’éviter les désordres psychiques susceptibles de s’aggraver. L’insomnie chronique liée au stress, à l’anxiété, voire à la dépression.


Prendre une bouffée d'air pour se sentir serein :

L’apprentissage d’une bonne respiration soigneusement adaptée en sophrologie permet libérer le corps de toutes les tensions accumulées physiques et mentales. La respiration aide à effacer la fatigue nerveuse qui n’a pas été accompagnée d’une dépense physique. Douleurs musculaires, contractures souvent la cause d’un endormissement difficile et s’efface au bout de quelques séances de respiration.


On sait que la survie de notre corps dépend des échanges orchestrés par la respiration mais on l’on sait moins qu’une meilleure oxygénation et donc une désintoxication cellulaire approfondie, la libération d'hormone endorphine (anti douleur) et le bien être qui en résulte,

dépendent non pas de la quantité d’air inspiré mais de ce temps ou vous êtes attentif à votre respiration des échanges gazeux se font en toute conscience et favorisent ainsi un meilleur fonctionnement du système respiratoire.


Cette écoute attentive de la respiration, on y découvre des sensations de plaisir et elles s’engagent dans la spirale du mieux être car cette sensation d’aisance physique conduit au sentiment de plénitude psychique. Les ondes alpha sont émises par le cerveau qui procurent de la détente physique et mentale.

Trois pauses par jour pour se vider la tête :

Dès qu’on ferme les yeux, le cerveau libère les ondes alpha comme au moment de l’endormissement et juste avant le réveil et plonge dans un bien être physique et mental qui sauvegarde la santé cérébrale. A l’état de veille active, la puissance du cerveau évoque celle d’une Ferrari qui ne pourrait pas rouler à plein régime 24 heure sur 24.


Pour mettre le cerveau en repos faudrait faire trois pauses par jour, en se connectant à soi, en vivant son intériorité et ne plus recevoir de perception extérieure.


Agnès Dalançon

Sophrologue Caycedien RNCP

Gestion du stress, santé et prévention




31 vues

Centre Therapsy - 11/17 rue des Tilleuls - 78960 Voisins le BRETONNEUX